# INTERVIEW – PORTRAIT, Femmes Ici et Ailleurs.

A la découverte de Pierre – Yves Ginet, co – rédacteur en chef du magazine, Femmes Ici et Ailleurs et grand reporter photo depuis maintenant près de 20 ans.

Nous avons posés quelques questions à ce personnage haut en couleurs qui définit son travail plus comme une recherche d’information et donc d’un rapport réaliste à ce qu’il vit, et voit, que du simple fait de relater des informations  » lambda  » qui viennent à lui par milliers.

Cette dénonciation si on peut dire, du  » vrai  » et du réalisme, il la doit d’abord à son goût pour l’aventure qui le mènera à travailler (  & capturer des images ) dans pas moins d’une trentaine de pays, ainsi que de la richesse d’une plume qu’il nourrit au fil des rencontres qu’il fera.

Pour tenter de déchiffrer les idéaux de ce grand reporter, voici nos quelques questions

# Tout d’abord, Femmes Ici et Ailleurs, qu’est ce que c’est ?

 » Eh bien, c’est un magazine d’information généraliste bimestriel, qui met en lumière les actions des femmes d’exceptions qui font partie de notre monde. Depuis près de 20 ans, je capture et représente au sein du magazine, les femmes à travers leur continent, démontrant leur force et surtout les actions qu’elles entreprennent dans leur pays respectifs.  « 

Pour aller plus loin, M.Ginet soulignera que plus de 80 % des sujets d’informations médiatiques sont dédiés aux hommes et qu’à part une forte victimisation de la part des médias, très peu de femmes sont représentées au travers de vraies valeurs où d’action de leur part, sauf peut – être une part des politiciennes actuelles.

Son équipe, composée de 7 personnes, l’aide comme il le dit lui même, à faire en sorte de pérenniser la vie du magazine,  ainsi qu’à apporter un contenu, le plus réel possible. Les discours formatés par les écoles de journalisme ? Non, ça ne l’intéresse pas, les chanceux qui rejoignent les rangs de sa rédaction, se voient  » dématrixés  » et apprennent à voir l’information d’un œil nouveau, mais surtout s’auto-configurent à aller la chercher, ailleurs que derrière un écran.

# Pourquoi est ce qu’un homme prend le partie de défendre une cause engagée sur le féminisme et tout ce qu’il en découle ? ( Oui j’ai osé ! )

 » Je dirais d’abord que je viens d’une époque où le statut qu’endossait les femmes n’était pas prit au sérieux. C’était donc une question d’éthique que d’essayer d’amorcer un changement car j’ai perçu très tôt à travers cette domination masculine, l’invitation faite aux femmes, à être et rester  » femme au foyer  » malgré leurs ambitions

J’ai voulu démontrer par de là ma démarche qu’il suffisait qu’un comportement évolue, pour faire changer les choses et donner une suite positive, espérons le à l’évolution des mentalités.

Derrière ces mots pourtant très simple, on perçoit le discours engagé que très tôt, Pierre – Yves à voulut faire mûrir. Au fil du temps, sa façon de penser est devenue la véritable clef en réponse à des conflits générationnels oppressants et vecteurs d’un dysfonctionnement sociale très marqué que les inégalités h-f médiatiques appuient un peu plus chaque jours.

# Qu’avez vous appris au cours de 14 ans d’activité photojournalistique ?

 » Je dirais premièrement les richesses humaines derrière chaque rencontre que j’ai eu la chance de faire au cours de mes voyages. Chacune d’entre elles étant différente, de par leurs circonstances ainsi que leurs buts. J’ai découvert des femmes d’exceptions, de vraies battantes, qui militaient pour leur droit en essayant tant bien que mal de ce faire entendre au sein de pays en guerre, se mesurant à une réelle prise de risque quotidienne. Mon but étant de ramener une information différente des autres médias. Une info qui montre que derrière ces guerres, des femmes sont encore debout, et que la plupart résistent.

La plus impactante forme de résistance, restera bien sur, la survie de chacune de ces femmes ainsi que la reconnaissance de leur actions par leur pairs, ainsi que leur consœurs. Les expositions photographiques de M.Ginet, apporte une considération bien venue de ces moments de douleurs et surtout des succès que ces femmes vivent à travers leurs épreuves. Des photographies vraies et encore une fois, réalistes, qui démentent, et décollent cette image fragile que représente la femme au cœur du monde.

# Qui sont vos lecteurs ?

 » Il est difficile de répondre en réalité, même si nous savons que la majeur partie de nos abonnées sont des femmes.

# Et que faudrait il faire pour amener les hommes à s’inquiéter du sort, et des causes que défendent les femmes ?

 » Il faudrait que vous arrêtiez de leur mâcher le travail pour commencer ! C’est vrai comment voulez vous qu’ils comprennent que ce qu’il font n’est pas bon pour vous, si vous ne changez pas vos façons de faire avec eux. « 

 

Voilà une parole sage de bon sens ! Mais qu’en est il dans les faits ?! Bon nombre d’entre nous pensent que les hommes à eux seul, n’ont pas le pouvoir de changer les choses, de n’importe quelle façon qu’elle soit. Alors qu’en vérité ce sont eux les précurseurs de ce changement ! Nos torts les moins évidents sont de ne pas prendre en considération leur façon de penser, avec autant de sérieux qu’il le faudrait. Qui n’a jamais fait mine de ne pas avoir entendu une blague ; machiste – sexiste – anti féministe ; pour ne pas avoir à rentrer dans un conflit sans fin ? Nos torts sont là. Le silence n’a jamais participé au changement surtout quand il est étouffé par les – non dits – .

# Pensez vous que l’éducation serait l’un des meilleurs moyens pour stopper les violences contre les femmes et l’incompréhension que cela véhicule ?

Oui bien sur, encore une fois, l’éducation nationale à un sérieux travail à faire la dedans. L’information est un cycle sans fin et pour casser cette spirale négative très ancré dans les moeurs, l’information sur les inégalités des genres ou autres, devrait être enseignée et expliquée dans différents lycées. Nous intervenons dans certains d’entre eux, et force est de constater que les façons de penser des élèves marquent une hétérogénéité comportementale flagrante sur les inégalités que subissent les femmes au quotidien par rapport aux hommes et qu’elles ne sont encore pas bien comprises. Pour certains élèves cette situation est normale, et pour d’autres ils ont compris qu’il y a la un combat de tous les jours à mener en parallèle d’une société qui incite à marquer des différences.

Ce sont les adultes qui doivent transmettre ces informations capitales pour eux, seulement le véritable problème c’est qu’ils ne le font pas. Cette société serait bien différente si nous pouvions véhiculer ces messages au cœur des nouvelles générations.

Vous l’avez compris, l’échange d’information véritable est donc primordiale pour faire évoluer et changer les mentalités sur les inégalités hommes / femmes. De jeunes adultes aujourd’hui, deviendront de jeunes citoyens demain et comment être un bon citoyen quand l’on pense qu’un des genres marque un statut de supériorité face à l’autre ?

Pour s’entendre et s’épanouir au sein de cette société, chaque individu doit penser à l’autre avec respect et l’aider à devenir quelqu’un sans faire de l’ombre à l’autre ( à utiliser dans tous les cas de figures possibles ) . Le respect doit être au cœur des relations, mais aussi et SURTOUT l’égalité, sans quoi le monde est bancale et on sait tous comment cela fini.

Laissons à nouveau la parole à Pierre – Yves Ginet, pour clôturer cette interview sur l’explication de la naissance d’un concept unique dans l’édition et la presse, le réseautage entre particuliers.

 » Le magazine Femmes ici et ailleurs (élu magazine de l’année 2016) est désormais diffusé via un réseau d’Ambassadrices. Elles animent, entre autres, les Rencontres Femmes ici et ailleurs, des moments d’échange et de partage qui permettent de faire émerger des idées pour faire avancer l’égalité.
Nous recrutons des personnes qui cherchent un complément de revenu, ou une activité à temps partiel, voire à temps plein, des personnes ayant une grande autonomie et qui souhaitent exercer une activité professionnelle et rémunératrice en gérant leur temps comme bon leur semble, sans pression hiérarchique et bien sûr, qui ont une vraie sensibilité à l’égalité femmes-hommes (sans être obligatoirement une experte). L’activité est cumulable, pour celles qui le souhaitent, avec toute profession (ou presque), le statut d’étudiant.e, le chômage, la retraite…
J’insiste, mais nous ne recherchons vraiment pas des « vendeuses ». Notre recherche concerne la France entière.

Nous formons en ce moment, entre autres, des profils très divers (journalistes, profs, psy, sociologues…), attirés par cette activité et qui souhaitent l’exercer en plus de leur activité principale, pour des questions financières. Nous avons aussi des personnes qui souhaitent s’y consacrer à 100% et en faire leur source de revenus principale, comprenant bien les opportunités financières (nous sommes les seul.e.s à utiliser ce mode de diffusion pour un magazine sans équivalent en France : aucune concurrence).

Si certaines de vos amies ou amies d’amies sont intéressées, veulent en savoir plus, qu’elles m’écrivent directement. Nous les contacterons pour leur expliquer plus en détail de quoi il en retourne, comment cela se passe, les formations, l’accompagnement, l’équipe, et bien sûr, quelles sont les rémunérations. À l’issue de cette présentation individualisée, si cela les intéresse et si leur profil correspond à ce que nous cherchons, elles nous rejoindront. Si cela ne les intéresse pas une fois la présentation faite, elles ne nous rejoindront pas. C’est aussi simple.  »

Ci dessous le lien de la brochure explicative de la démarche.

#Check > Editions du 8 mars- devenir Ambassadeur.drice

 # Pourquoi faire partie de ce concept ?

Pour changer les choses, faire remonter des informations entendues au cœur de vos ateliers rencontres. Avoir le pouvoir de participer à l’étendue d’un réseautage de ( jeunes ) visionnaires qui ont/vont amorcés de grands changements sociétales que la plupart redoutent. Et si vos idées allaient toquer aux portes ministérielles ? Avec ces initiatives, c’est possible, des projets de lois peuvent être soumis grâce à vous. Alors, qu’attendez vous ?

# Serez vous spectateur d’une nouvelle aire, où allez vous la créer ? 

Un remerciement particulier à Pierre – Yves Ginet pour cette interview, ainsi qu’à son équipe pour la réactivité dont ils ont fait preuve ainsi que la disponibilité qu’ils nous ont offerte. #OnEstAvecVous

 

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « # INTERVIEW – PORTRAIT, Femmes Ici et Ailleurs. »

  1. Merci pour le partage ! On est ravie d’en savoir un peu plus sur Pierre – Yves Ginet et sur l’ADN du magazine « Femmes Ici et Ailleurs ». Voilà un concept qui nous fait chaud au coeur. C’est avec plaisir que nous apporterions notre pierre à l’édifice. La première qui a une idée tope l’autre !
    @bientôt
    Natacha & Céline
    Loufox In Love

    J'aime

      1. Volontiers ! L’idée d’une communauté de femmes qui œuvrent ensemble pour des lendemains meilleurs nous enchantent ! En ce qui nous concerne on tente de réveiller la capacité d’émerveillement des personnes, ainsi que leur potentiel créatif ; ) Belle soirée !

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s