» J’ai calculé, dans une journée, j’ai seulement 15 minutes de temps pour moi. »

 

Dans un monde où nous courront tous après le temps, j’ai essayé de m’intéresser au temps réel que nous nous consacrions, et le résultat de ce constat est alarmant !

Du moment ou l’on se lève pour débuter une journée, à l’instant ou l’on se couche pour la terminer, nous passons en réalité la plupart de notre temps à  » vivre  » pour les autres. Le travail, la famille, le conjoint, les enfants, le chien, les amis, les réseaux sociaux…. La liste est bien trop longue pour qui sait de quoi je parle !

 » Cela crée du bruit dans vos pensées, ça parasite votre mental. « 

Faisons ensemble le schéma d’une journée type de n’importe qui, travaillant dans n’importe quoi. Ça commence toujours par une sonnerie de réveil agaçante qui nous tire de rêves bien trop doux ( qui eux sont soit en rapport avec le taf, soit avec un ex, soit avec la famille, soit avec les enfants, donc même là on ne pense pas à soi non plus en vérité ).

Wake – Up, et sprint vers la salle de bain ! On choisit sa tenue par rapport à la météo, aux contraintes de confort de travail, aux regards de nos collègues et puis pour finir ( quand même ) notre propre opinion, rentre en compte. Est il normal qu’il apparaisse à la fin de notre rite habituel? Je ne crois pas. Bref, ensuite, nous pensons à manger un truc pour ne pas tomber en hypo au bout de deux heures de travail. Mais même pendant cette activité, notre esprit ressasse ce qu’il va avoir à faire avant de quitter la maison.

 » J’ai pas mis assez de sucre dans le café, il est trop fort. Orff et je dois sortir le chien. Il faut que je le sorte dans 5 minutes, comme ça il me reste 8 minutes avant de partir. J’aurais le temps de changer de chaussettes, de décider qu’elle paire de baskets je vais porter avec ce jean, et de faire pipi avant de filer. « 

Ça vous rappelle un truc ? Et je ne pousse pas jusqu’aux aliments que nous choisissons en fonctions du régime alimentaire que nous suivons pour, encore une fois, ne pas prendre de graisse, et avoir de compte à rendre à la communauté  » photoshopée  » de notre génération et tuer notre temps libre à la salle à claquer des squats. Kendall, bonjour.

Après ce périple matinal, ( et je ne parle pas du truc qui vous aura mis en retard entre deux minutages précis ). Arrive ensuite, les transports, oui là encore, on pense à arriver vite, bien et ne pas, SURTOUT pas, être en retard car avant-hier le chien a pissé sur le mur de la cuisine et Madame/Monsieur la/le boss n’a pas apprécié(e) la demi-heure de retard qu'(elle)il a prit dans la vue. Que vous preniez les transports ou que vous conduisiez votre propre voiture, ( more dangerous si vous cogiter tout le temps ) vous réfléchissez sans cesse. A ce que vous allez devoir faire au travail, à la conversation que vous avez eu avec votre chéri avant de vous coucher, avec celle que vous avez eu avec votre voisin ce matin devant les caves fracturées, encore une fois, vous réfléchissez trop. Vous n’êtes pas dans le moment présent, et vous ne pensez pas à vous à proprement parlé. Ça passe par vous, mais vous ne contrôlez rien, ça vous engorge l’esprit inutilement.

 » Un fait, est un fait, restons en là. Acceptons le et passons à autre chose. « 

C’est triste nan, à peine une heure de passée et vous n’avez pris que 5 minutes pour grignoter un truc et vous focalisez sur les tâches qui vous attendaient au lieu d’apprécier le moment, et de vous détendre pour attaquer cette journée.

La suite de celle-ci, ne s’annonce pas plus lentement, elle garde un rythme effréné !

Le taf passe, les tâches s’amoncellent, il y en a encore jusqu’à la fin de la semaine               ( WARNING Charge mentale ) , et voilà la pause du déjeuner de midi. Sms à Matéo pour savoir si son examen de ce matin c’est bien passé, appelle à bébé pour savoir si l’entretien avec ses collaborateurs a été fructueux.

Que va t-on va manger ce midi ? Une collègue vous conseille la salade norvégienne qu’elle a prise la veille dans un petit restau’ du coin et embraye sur une discussion qu’elle a eut avec sa sœur sur les bien faits de la feuille de chêne fraîchement cueillit pour votre organisme stressé. Really ?

Quand enfin vous arrivez à vous asseoir pour avaler un bagel au Saumon supplément crème cheese, parce qu’à cette heure là, la ligne passe après tout le reste, car vous courez depuis ce matin donc vous jugez y avoir droit. ( Oui, reconnaissance personnelle oblige ).

Réponse de Matéo – reçu – , de bébé – reçu -, conversation avec Sylvie – en cours -, un mail de rappel de réunion – en réception – et qu’est ce qui vous reste à penser déjà ? Mhh analyse rapide de mental en cours. Etat ; Not found erreur 404.

  » Burn-out Download « 

Voilà, l’après midi passe, vous avez fait ce que vous aviez à faire, au travail, avec les collègues, avec vos enfants, vous pensez au chien qui, lui, vous attend avec impatience, car quand vous rentrer sa journée commence !

Bref à part quand vous avez été au WC, à quel moment vous avez pensé à vous ?

Ça ne s’arrête pas là, croyez moi. Le retour du travail, les devoirs, les enfants, le dîner, on discute un peu, on check les réseaux et hop ! Dé-Make Up, douche rapide ( parce qu’il est tard ) et on se retrouve au lit.

Accompagné ça peut donner ça :

  • Nan chéri ma journée à été bien trop longue, je suis lessivée.

Et la on va aller encore plus loin. Soit vous passez pour une personne égoïste au possible qui  » délaisse  » son/sa partenaire, du moins c’est ce qu’il se dira. Soit vous continuez de ne pas penser à vous, et à ce que vous désirez, et vous  » faites plaisir  » à la personne qui partage votre lit. Sordide dit comme ça hein. C’est pas faux, parce que ça l’est.

Maintenant j’aimerais que toutes et tous, vous preniez en considération cette  » journée  » type et que vous preniez le partie de la contrer tous les jours au possible !

Dans une société aussi vivante, et moderne qu’est la notre, il est très souvent possible de se sentir dépasser rapidement par les gens, les technologies, les réseaux sociaux qui balancent de  » faux  » semblant de vie toute la journée. Sans parler des modes lancées par tel ou telle personne, pour un nouveau tee-shirt à manche beaucoup trop longue ( Désolé Riri ) ou des chaussures scandaleusement cher mais absolument moche. ( Désolé sandales transparentes ).

Oui on en vient à parler de la société car on parle d’économie, et pour faire court le but de chacun est de trouver sa voix et d’aller travailler chaque jours, pour ramener de l’argent et un certain confort au cœur d’un foyer. Cette course économique prend du temps, et de l’énergie. Cette énergie utilisée à trop forte intensité est épuisable, et rappelez vous que rien ne vaut plus que le temps.

Celui que l’on passe avec les siens, ceux a qui l’ont pense souvent mais que l’on ne voit jamais. Pensez à prendre le temps. Du bon temps. Du vrai temps. Il file tellement vite, il serait dommage de vous voir le gâcher, pour de faux semblants.

Pensez y, prenez le temps.

Fanny B.

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s